TEXTES LONGS
NOUVELLES FANTASTIQUES

_TEXTES

DESSINS

____SITES

________BD

 

La plupart de ces écrits ont été réalisés lors d'ateliers d'écriture. Lire à haute voix ses productions offrait l'opportunité de recueillir l'avis du public.

LA CHEVELURE
Il y avait dans la bibliothèque des ouvrages hérité de ton grand-père ou d'une vieille tante, comme vous en avez tous.
En fait les rayons remplissaient la salle envahie d'une poussière diaphane qu'exaltaient les zébrures projetées par le soleil à travers les stores verticaux de très hautes fenêtres. (suite...)

LA FILLE SUR LE PONT

Chaque fois que je quittais l’auberge pour rentrer chez moi, j’avais cette appréhension étrange au moment de franchir la Garidelle. Le petit pont de pierre avait sinistre réputation : On racontait autrefois que plusieurs maçons avaient péri lors des successives constructions et reconstructions. Après chaque rénovation le premier venu qui le franchissait mourait avant le 11ème mois suivant. (suite...)

BEATA GERMANA

Le vitrail de cette église, dans un village reculé de l’Ariège indique Beata Germana, ce qui signifie Bienheureuse Germaine.
Or Germaine Cousin a été canonisée en 1867 et une basilique lui a été édifiée entre 1958 et 1969 à Pibrac, petite commune entre Colomiers et Léguevin où s’est déroulé son humble et courte vie.
Voici comment ma propre histoire et cette de Germaine se sont croisées.
Tout enfant avant même la fin des travaux de la basilique de Pibrac, nous visitions... (suite...)

 

 

ANTOINE, LA PIPE

Je constate avec énervement que ma montre est arrêtée sur 13h (heure locale). “Pourtant la pile est récente !”, me dis-je. Puis me rembrunissant :
“ Ah, j’avais raison de douter ! C’est Tonton La Pipe (surnom d’Antoine).” Et j’imagine que le pire est bien arrivé.
Je replace la grande aiguille sur le 9,... (suite...)

 

La plage était immense... …A perte de vue. C'était à peine si l'on devinait de quel côté se trouvait le rivage.
Alfonsina avait laissé sa guimbarde et avait traversé une dune d'herbes rares qui lui avaient frôlé timidement les genoux.
Le ciel australien avait cette particularité de ne pas imposer sa couleur. Le bleu intense des rivages atlantiques et le gris perle des côtes argentines étaient ces extrêmes à la lisière desquelles il prenait son essence.
Dans la tête d'Alfonsina le ciel importait peu.
Elle avait juste envie de rire comme lorsque on vient de pleurer.
Elle goûtait la douceur de l'après-midi et refusait juste de se demander si elle était triste, soulagée ou fière de cette liberté qu'elle venait de gagner.
Cela semblait si simple de tourner une page... (suite
...)

 

...Expulser la terre déplacée à travers la dernière couche, hisser leur museau dans cette autre obscurité d’un autre espace -car cet événement ne se produisait que de nuit-, ressentir sur leur pelage l'air sec et pur d'un espace inédit et les voilà déjà de retour, ivres et chancelants brisés mais fiers. (suite..)

A SUIVRE... PROCHAINENENT

(si vous aimez...)

TEXTES HOLMESIENS

TEXTES COURTS

PUBLICATIONS

PRODUCTIONS GRAPHIQUES

BD de Sharlowe Com's
Séries des NAINS
autres dessins
Séries Sherlock Holmes
Autres séries TV

PRODUCTIONS LITTERAIRES

Textes courts
Textes longs et nouvelles
Textes holmésiens
Publications

 

JEAN-PAUL CABOT


informations légales